Fairstreet

Social entrepreneurship & finance

Notre itinéraire bolivien s’est soudainement modifié lorsque d’un bar wifi de Salta (en Argentine), nous décidons d’appeler Ruth Saavedra notre 4ème entrepreneur…  N’ayant plus de nouvelles de Ruth depuis plusieurs semaines, nous voulons nous assurer que notre visite est toujours d’actualité ! Lors d’un skype presque incompréhensible, nous parvenons tout de même à entendre: «me voy de viaje durante un mes en una semana » (je pars en voyage pendant un mois la semaine prochaine) ! La visite était initialement prévue 3 semaines plus tard, c’est-à-dire en plein milieu de son voyage…

Nous raccrochons assez anxieux… Les imprévus de voyage arrivent fréquemment mais nous ne voulons en aucun cas manquer la visite de cet entrepreneur !

Nous passons 15 minutes à discuter des différentes solutions. Ruth nous dit qu’elle part dimanche matin mais elle accepte de nous recevoir le vendredi. En faisant Tilcara-Cochabamba d’une traite et sans imprévu de voyage, on se rend compte que nous pouvons arriver le jeudi soir. Le timing est serré mais possible ! Le rendez-vous est donc fixé à vendredi matin 7h30 ; nous ne pouvons pas rater la moindre connexion de train et bus !

Vendredi matin 7h30, nous arrivons aux bureaux de Sobre la Roca, Ruth et Gerardo nous attendent dans leur 4×4 pour nous emmener présenter leur produit très particulier à une communauté de mineurs vivant dans les campagnes à 3 heures de Cochabamba….

A l’arrière du 4×4, nous réalisons à quel point ce projet nous permet de découvrir non seulement le travail des entrepreneurs sociaux mais également les réalités et les merveilles des pays que nous traversons… Ce trajet « hors des sentiers battus » nous emmène au cœur de la Bolivie réelle ! Pendant 2 heures, sur un chemin de terre, nous traversons des villages reculés et de somptueuses vallées arides où seules quelques cultures au bord de la rivière permettent aux habitants de s’auto-subvenir.

Finalement, grâce à de vagues indications de paysans, nous arrivons à notre destination : « el centro 4 rincones » (le centre des 4 coins). Il s’agit d’une coopérative de mineurs et paysans de la région qui se réunissent une fois par mois pour discuter de problématiques telles que la gestion des eaux, des terres, etc.  Aujourd’hui, l’un des thèmes de leur réunion sera l’éventuel achat du produit que l’équipe de Ruth est venue présenter.

Participer à cette réunion est une expérience mémorable… Dans un petit local, ils sont une 50aine de boliviens à débattre en quechua (langue natal des boliviens de la région de « l’altiplano ») des différents thèmes de la communauté, finalement à la fin de la réunion, le vote se fait à main levée.

Au terme d’un déjeuner dont nous nous souviendrons toute notre vie (vous découvrirez les raisons dans le profil de Sobre la Roca) nous reprenons la route à sens inverse pour retourner à Cochabamba où nous assistons à un discours inattendu du Président Evo Morales.

Nous resterons au total une semaine à Cochabamba, où nous rencontrerons également la 5ème entreprise… Cette ville aux multiples visages nous étonne par ses nombreux contrastes ; les places coloniales nous rappellent l’occupation espagnole tandis qu’autour se mélangent quartiers modernes et marchés typiques boliviens.

Suite à cette semaine intense, nous reprenons la route vers le sud de la Bolivie afin de nous rendre à Uyuni… Cochabamba-Oruro-Uyuni, voici l’itinéraire du jour ! L’essentiel est de ne pas rater le train Oruro-Uyuni car les départs se font une fois tous les 2 jours…

Cependant, face aux magnifiques vallées de « l’altiplano » ou aux troupeaux de lamas nous ne résistons pas à l’envie de nous arrêter pour immortaliser ces moments et réalisons qu’il devient de plus en plus difficile d’arriver à Oruro à 15h30 pour prendre notre train.

Nous arrivons aux guichets à 15h31 ! Le train est toujours là mais… démarre déjà ! Face à nos habitudes européennes, si le train est en marche, nous sommes persuadés de l’avoir raté… Pourtant le guichetier veut tout de même nous vendre le ticket… Nous ne comprenons pas trop, mais décidons d’acheter les tickets ! « Il faut présenter les passeports »… Le train prend de la vitesse…

Lorsque les tickets sont imprimés, des boliviens nous font signe de courir vers le train qui ne décide pourtant pas de s’arrêter… Nous courons donc à côté du dernier wagon avec nos 3 gros sacs, le contrôleur nous aide à lancer les sacs dans le train avant qu’à notre tour, nous puissions prendre le train en marche.

Nous reprenons finalement nos esprits dans le wagon bagages, en voyant cette petite gare qui s’éloigne, nous réalisons qu’à 10 secondes près, nous serions toujours sur le quai.

 En traversant le lac Poopó, nous observons le magnifique coucher de soleil qui nous mène vers notre prochaine destination : le Salar d’Uyuni…


Jo et Max

 

minegroupevalle

placecochabambacoucher